mar. Juil 27th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Musique : Fally Ipupa a communié avec plus de 20 000 personnes à l’AccorHôtels Arena

Le chanteur Fally Ipupa, star de la rumba congolaise a réussi à se produire vendredi 28 février à l’AccorHôtels Arena à Paris malgré des heurts qui ont éclaté quelques heures avant cet événement provoqués par un groupe d’opposants congolais radicaux, très hostile aux musiciens congolais.

De la fumée noire qui tapissait dans le ciel après l’incendie de la Gare de Lyon, la police a dû finalement s’interposer et maîtriser la situation en arrêtant des dizaines de manifestants.

À l’intérieur de l’ex-palais omnisports de Paris-Bercy, le concert de l’ancien protégé de Koffi Olomide s’est déroulé sous haute surveillance.

Plus de 20 000 personnes ont fait le déplacement pour communier avec leur idole

Une soirée historique qui marque désormais une page d’ouverture dans la musique congolaise qui peut aujourd’hui renouer avec des concerts sur le sol européen.

Fally Ipupa, de la lutte à l’apothéose

Avant le concert de Fally Ipupa à Paris, plusieurs groupes d’opposants radicaux congolais menaçaient de boycotter l’événement.

Malgré une menace grandissante, le patron du label F-Victeam ne s’était pas pour autant plié.

Une fin de non-recevoir du chanteur natif de Kinshasa qui a affolé ses ennemis qui le regardaient désormais en chiens de faïence.

Il fallait alors pour Fally Ipupa de prendre des dispositions idoines pour empêcher des manifestations amenant à l’annulation du concert.

« El Mara » a dû faire appel à la police française pour sécuriser l’événement. Même si des émeutes ont éclaté, le chanteur a finalement joué.

Une apothéose qui marque la fin d’une lutte accrue et sans merci qui a provoqué dans le chef des combattants, une obstination aux allures politiques.

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.