ven. Juil 30th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Ituri : la CODEPEF dénonce la libération par le parquet général d’un sujet chinois accusé de viol sur mineure

La « Convention pour le développement des peuples forestiers » (CODEPEF), une ONG de défense des droits de l’homme œuvrant dans la ville de Bunia dans l’Ituri, est montée au créneau pour dénoncer la libération par le parquet général d’un sujet chinois poursuivi pour viol sur une mineure.

Selon cette structure de la société civile, le présumé violeur a été arrêté le 05 février dernier dans la localité de Badengaido, dans le territoire de Mambasa. Curieusement, on le retrouve dans aucune maison carcérale de la ville de Bunia, où il avait pourtant été transféré.

« J’ai appelé un collègue de Bunia qui est allé vérifier, le chinois ne se retrouve ni au cachot du parquet général ni à la prison centrale. Lorsqu’il a posé la question, on lui a dit que c’est un dossier secret, mais depuis quand le viol est un dossier secret ? », s’interroge Maître Laurent Kyeya, coordonnateur de la CODEPEF, joint au téléphone par un média de la place.

Et d’ajouter : « J’ai appelé les amis de Badengaido qui m’ont dit l’avoir vu il y a trois jours et il est rentré dans la brousse où il travaille comme orpailleur », confirme-t-il.

En effet, d’après les sources sur place, l’accusé a été aussitôt relâché par le parquet général près la cour d’appel de l’Ituri. Il serait déjà dans le carré minier de Mutshatsha où il exploite de l’or, ce que condamne avec la dernière énergie Maître Kyeya.

« C’est une manière de négliger tout ce que nous sommes en train de faire pour que la justice soit restaurée dans ce pays. La famille de la victime nous a confié ce dossier et notre travail est de défendre les droits des gens. Nous allons suivre ce dossier jusqu’à la fin », a-t-il conclu.