ven. Juil 30th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Scandale sur les sauts-de-mouton : Noël Tshiani appelle Vital Kamerhe à justifier l’usage des fonds des travaux

La gestion sur les travaux publics inscrits dans le programme de 100 jours initié par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi ne cesse de susciter une avalanche des réactions au sein de la classe politique congolaise.

Si l’UDPS et l’UNC, deux condescendants alliés du CACH se regardent en chien de faïence, les explications sur la gestion de ce processus d’attribution et d’exécution de marché accablent désormais le Directeur du cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe, accusé d’avoir détourné les fonds de la finition de ces ouvrages.

Pour Noël Tshiani Muadiamvita, ex-candidat à la présidentielle de décembre 2018, le président de l’UNC Vital Kamerhe doit rendre compte face à une  »catastrophe » inouïe qui occasionne de l’émoi dans le chef des Congolais.

« Je pense que nous sommes aujourd’hui devant une catastrophe parce que non seulement que les œuvres n’ont pas été finies, mais on dit même que les fonds ont été détournés. Moi, je pense qu’il faut que le Directeur de cabinet du président de la République, le président de l’UNC, Monsieur Vital Kamerhe rende compte. Il ne faut pas qu’on puisse entrer dans les batailles entre l’UDPS et l’UNC et consorts. Il s’agit d’un individu qui a géré de sa propre main ce processus d’attribution de marché et d’exécution de marché. Si Monsieur Kamerhe n’est pas en mesure de justifier l’usage des fonds et de la finition des travaux, je pense qu’il faut qu’on tire les conséquences », a déclaré Noël Tshiani dans une interview accordée vendredi 14 février à Koonexion.net.

Par ailleurs, cet économiste congolais appelle la justice à s’impliquer si le Directeur de cabinet du chef de l’Etat s’obstinait à se manifester.

Rappelons que la construction des Sauts-de-mouton était depuis plusieurs jours interrompue faute de financement selon l’OVD. Le gouvernement de la République avait alors ténu une réunion d’urgence et débloqué une somme substantielle pour la reprise des travaux dont la fin pourra intervenir au mois de juin.

Face à ce statu quo, le chef de l’Etat avait décidé de mener un audit. Quelques jours après, le parquet général près de la cour d’appel de Kinshasa Matete avait sur instruction du ministre de la justice, ouvert une enquête sur l’exécution des travaux publics inscrits dans le programme de 100 jours de Félix Tshisekedi. Une enquête qui a visé le gouverneur de la Banque Centrale du Congo, le ministre du budget et celui des infrastructures.

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.