ven. Juil 30th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Focus UDPS : que se passe-t-il entre Shabani et Kabuya ?

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) traverse depuis plusieurs mois une période de vaches maigres malgré son statut de  »néo-parti » présidentiel. Guerre d’usure ou altercation verbale, le parti historique du pays endure désormais l’hubris de ses chefs sur son fonctionnement actuel.

Au lendemain de la sortie médiatique de Jacquemain Shabani, président de la commission électorale de l’UDPS, appelant les plus hautes instances du parti à diligenter des actions afin de régler les différends issus de la violation de certains dispositifs contenus dans le statut, la réaction d’Augustin Kabuya, secrétaire général du parti ne s’est pas fait attendre.

Indigné d’entendre ces propos, Augustin Kabuya, Secrétaire Général ad.Interim, a invité Jacquemain Shabani à privilégier avant tout les intérêts du parti.

« Je pense que ce qu’il est en train de faire n’honore pas le parti moins encore le Chef de l’État. Je leur demande à ne pas humilier le Chef de l’État. Il n’y a aucun dispositif statutaire qui est violé. Ça ne sert à rien de se comporter comme un parti de l’opposition« , a déclaré Augustin Kabuya.

Depuis la très contestée nomination de Jean-Marc Kabund au poste du président a.i de l’UDPS, Augustin Kabuya et Jacquemain Shabani étaient désormais à couteaux tirés. L’actuel président de la commission électorale de l’UDPS avait finalement jugé cette nomination  »contraire » au parti.

L’article 26 du statut, le texte qui divise

Si l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social en est arrivée aujourd’hui à moult démêlés, c’est à cause notamment à l’article 26 du statut du parti qui crée aujourd’hui une division.

Contestant la nomination du président a.i de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, Jacquemain Shabani a voulu saisir le taureau par ses cornes. Lui et sa fronde ont brandi le statut du parti, en particulier l’article 26 qui stipule qu’en cas d’empêchement définitif de son président, un  »directoire » est tenu d’organiser un congrès dans un délai de 30 jours.

En revanche, les pro-Kabund estiment pour leur part que le mandat de la présidence a.i de l’UDPS fait de lui l’unique et le légal président du parti.

En outre, l’ancien secrétaire général de l’UDPS avait violemment taclé Augustin Kabuya après sa nomination au poste du nouveau secrétaire général du parti.

Pour lui, il l’a jugé de provocation de mauvais goût. Une nomination critiquée également par Peter Kazadi, l’un des cadres du parti.

Chadrack Mpereng

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.