ven. Juil 30th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Marche de Lamuka : retour sur ce qui s’est passé à Kinshasa et Goma

La marche de la coalition LAMUKA annoncée ce jeudi 17 janvier, jour commemoratif de l’assassinat de l’ex-premier ministre Patrice Lumumba et décrier la balkanisation du Congo, a été finalement étouffée par la police.

Les forces de l’ordre ont fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser des centaines des manifestants qui battaient le pavé pour dire non à la balkanisation de la RDC et dénoncer les tueries réccurentes dans le territoire de Beni.

A la place Échangeur, point de chute de la manifestation, le dispositif policier avait été renforcé. Dans son communiqué, le commissariat provincial de la police de Kinshasa avait déjà alerté les organisateurs de cette journée de mobilisation susceptible de perturber l’ordre public, de disperser tout attroupement de dix personnes.

Fayulu escorté, plusieurs militants embarqués par la police

En cette journée de mobilisation, plusieurs manifestants de Lamuka devaient braver la peur et aller jusqu’au bour de leur revendication.

Après avoir assisté à une messe à la paroisse Sainte Famille à Masina, le président de l’Ecidé Martin Fayulu ainsi que tout son entourage politique notamment, le coordonnateur de Lamuka Adolphe Muzito, sont sortis dans la rue, habillés tout en blanc et des bandeaux autour de la tête pour manifester.

Malheureusement, ils n’arriveront pas à destination de leurs efforts ; c’est-à-dire, atteindre la place Échangeur, leur point de chute.
Empêché de franchir le rubicon avec ses amis, Martin Fayulu a finalement été escorté par la police jusqu’à son domicile de Faden House à Gombe.

Plusieurs autres militants ont été embarqués dans une jeep de la police. A cet effet, le député de Lamuka Ados Ndombasi a même été agressé par 5 policiers pour avoir tenté de s’y interposer.

A Goma, la police a encadré les manifestants

En parallèle de la manifestation de Kinshasa, à Goma au Nord-Kivu tout s’est bien déroulé dans la quiétude.

La marche des manifestants de Lamuka de cette ville a été encadrée par la police et aucun dérapage n’a été signalé.

Ces militants manifestaient également contre la balkanisation du pays et les tueries dans le territoire de Beni.

Chadrack Mpereng

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI