ven. Nov 27th, 2020

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Laurent-Désiré Kabila: 19 ans après sa mort, que reste-t-il de son héritage politique ?

La date du 16 janvier peint un vaste tableau du nationalisme dans l’histoire de la République Démocratique du Congo.
En cette journée commémorant la mort du feu président Laurent-Désiré Kabila, les congolais se souviennent de celui qui aura été l’un des véritables artisans du patriotisme après Lumumba.

Sa politique et son idéologie après avoir libéré la RDC , ex-Zaïre sous le joug de la dictature de Mobutu après 32 ans de règne et de ruse, ont aujourd’hui encore laissé des traces indélébiles.

- Publicité -

Pour beaucoup, sa mort paraît comme une perte monumentale d’un fin  »leader » qui aurait pu parachever son oeuvre patriotique et ses notions politiques.

Malheureusement, le 16 janvier 2001, les congolais apprendront la terrible nouvelle sur la mort de leur héros sans doute parti trop tôt. 19 ans après sa mort, quel héritage a laissé Laurent-Désiré Kabila à la politique congolaise ? L’assassinat de Laurent-Désiré Kabila a sonné comme un coup de tonnerre pour tout le Congo. Encore faudrait-il l’oublier si facilement ?

Impossible. Sa véritable idéologie a longtemps fait vaciller ses ennemis.
D’où, sa célèbre phrase « Ne jamais trahir le Congo » est devenue très vite virale et a même dépassé les frontières. Nationaliste de son état, Laurent-Désiré Kabila a longtemps été contre une quelconque balkanisation de la RDC.

Pour sa franchise et son franc-parler, il s’est attiré les démêlés des ennemis de la République. Pourtant, il n’avait jamais reculé. Pour d’aucuns, Laurent-Désiré Kabila demeure unique.

Même si ses héritiers le chantent comme étant un vrai leader idéologique, ils n’auront alors jamais le courage et la bravoure qu’avait ce dernier.

 »Le congolais doit se prendre en charge »

Laurent-Désiré Kabila a été selon beaucoup un président qui aimait les gens et qui gardait toujours le sourire. Il aimait le Congo et avait des ambitions de faire de lui un État puissant d’Afrique. Et cela devrait passer par le travail de chaque congolais; ce même travail qui lui permettra de se prendre en charge.
Même si le Congo a d’énormes potentialités, mais il a une population pauvre. D’où, chacun devait éviter cette politique de tendre tout le temps la main mais plutôt se mettre au travail pour le développement de la nation.

Des phrases que Laurent-Désiré Kabila en avait fait son cheval de bataille pour le bien-être du Congo et du congolais.

- Publicité -

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI

Copyright © 2020 Koonexion
COVID-19 RDC
4836 cas confirmés (15 juin)
X
TRADUIRE