mar. Juil 27th, 2021

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

16 janvier 2018 : quand le pasteur Ekofo savonnait les Kabilistes en plein culte

« En hommage au #SoldatDuPeuple, #Mzee LD #Kabila, retrouvons-nous au culte, 11 h, chez les protestants, puis, rendons-nous au mausolée. Merci », c’était l’appel lancé par Henri Mova Sakanyi, alors secrétaire permanent du parti de Joseph Kabila, le PPRD. Celui-ci avait bien précisé « chez les protestants », en opposition aux « catholiques », qui les avaient qualifiés des médiocres quelques jours plus tôt. Mais arrivé le mardi 16 janvier 2018, le culte d’action de grâce du 17ème anniversaire de M’zée Laurent Désiré Kabila avait tourné en culte d’humiliation pour les membres de famille politique et biologique de Joseph Kabila, alors fils de M’zée et président de la République.

Ce jour-là, on se rappelle encore, le prédicateur du jour, le pasteur François-David Ekofo, a tiré à boulets rouges sur les autorités politiques présentes dans la cathédrale protestante du centenaire, les invitant à « passer le relais comme un joueur d’athlétisme », car « l’Etat n’existait pas réellement ».

« J’aime bien l’athlétisme où il y a des courses à pieds surtout. Et, j’aime spécialement une course : la course de relais où une personne transmet le bâton à une 2e personne, à une 3e et à une 4e… Dans l’histoire du pays, c’est pareil aussi. Nous prenons un témoin que nous passons aux autres… Dieu nous a donné un pays des plus riches. Dieu lui-même ne comprend pas pourquoi nous les Congolais nous sommes pauvres… Dieu nous a donné tout dans ce pays », a déclarait dans son serment le pasteur François-David Ekofo, devant l’épouse du président et ses enfants, Olive Lembe, Alexis Tambwe Mwamba, ministre de la justice, Henri Mova Sankany, secrétaire permanent du PPRD, ainsi que d’autres proches de Joseph Kabila, tous humiliés.

Et d’ajouter : « Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat existe réellement. Je dis bien réellement. Parce que j’ai l’impression que l’Etat n’existe pas vraiment. L’Etat n’existe pas réellement. Il faut renforcer l’autorité de l’Etat. Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat est réel, un Etat responsable, où tout le monde est égal devant la loi. Quand vous devez enfreindre la loi de la République, on vous arrête, on vous juge, on vous condamne comme tout citoyen… La tendance des Congolais, c’est dire: ‘la loi est là, mais je suis au-dessus de la loi parce que je suis… », interpelait-il.

Alors que l’on dépassait de deux ans la fin du deuxième mandat du pouvoir en place, constitutionnellement parlant, ce membre de l’équipe du nouveau président de l’Eglise du Christ au Congo, André Bokundoa, dans sa prédication, décriait la situation chaotique dans laquelle vivait à l’époque la RDC, dénonçant l’insouciance des dirigeants.

« Ce que nous avons reçu de nos pères, nous devons le transmettre à nos enfants. Nous avons reçu un pays uni, transmettons à nos enfants un pays uni. Nous devons léguer à nos enfants un pays riche, un pays avec une autosuffisance alimentaire. Je reconnais qu’on peut importer la technologie. Mais dépenser le peu de devises que nous avons pour importer à manger, c’est inadmissible pour la RDC. Il faut renforcer l’autorité de l’Etat », a décriait l’homme de Dieu.

A noter que quelques jours après son homélie, le prédicateur était porté disparu, annonçait l’ECC son église, avant d’apprendre plus tard qu’il se trouvait aux Etats-Unis, en exil politique.

Praise

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI