mar. Oct 27th, 2020

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

Football : l’AS V.Club, l’ombre du grand bazar

L’Association Sportive Vita Club est comptée parmi les clubs mythiques de football en République Démocratique du Congo. Même si le club de Kinshasa compte une seule ligue des champions gagnée depuis 1973, elle provoque de l’admiration sur l’échiquier continental vu sa régularité et son expérience qui lui ont permis de jouer en l’espace de trois ans, soit de 2014 à 2017, deux finales des compétitions interclubs de la CAF (toutes perdues).

Jouer au sein de Vita Club est non seulement aujourd’hui un rêve et un honneur pour plusieurs athlètes, mais aussi une grande opportunité à être découvert par les grosses écuries africaines ou d’Europe. Depuis près de dix ans, les dauphins noirs surfent sur le continent et atteignent au moins les phases des poules, soit les 8es de finales.

- Publicité -

Ayant pris le club dans un climat tumultueux, le président de l’équipe, le général Amisi Kumba  »Tango Four » aux commandes depuis 2007, n’a cessé de nourrir de nouvelles ambitions en étoffant comme chaque année, l’effectif de son club par la venue de nouveaux joueurs locaux et surtout étrangers afin de préparer des échéances qui attendent le club.

Si la venue de ces joueurs ne pose aucun problème, leur départ, parfois dans des circonstances floues provoque surtout l’ire et agitation. Déjà, la simple vente de ces joueurs par le général Amisi demeure un problème, l’action récurrente de cette pratique en est un autre.

Le club de la capitale a du mal à garder ses athlètes voire pendant au moins 3 ans une fois trouvé grand preneur, et ce, depuis quelques années.

Résultats ? Au moins 30 joueurs vendus en l’espace de 5 ans soit 6 joueurs par an.

Ce grand bazar illustre selon d’aucuns, l’incapacité du staff dirigeant à garder chaque année l’ossature du club et à y laisser régner le grand « fourbi ».

Vita, un club et ses moyens limités

De Mubele Ndombe à Glody Ngonda en passant par Yazid Atouba, que des cracks que le club kinois a laissé filer.

D’après les dirigeants vert et noir, ces athlètes manifestaient leur volonté de partir. Si Vita devait les retenir, il fallait alors mettre un gros pactole. Ce qui parait l’impossible vu le budget du club qui ne peut rivaliser avec les grosses cylindrées et qui le place loin alors très loin des clubs structurés africains ou d’Europe.

Pas de stade et d’infrastructures adéquates pour rivaliser avec d’autres grands clubs, l’AS Vclub se dit parfois limitée par ses moyens. C’est ce qui explique d’ailleurs les multiples contre-performances, notamment l’élimination prématurée en ligue des champions et une prestation mi-figue mi-raisin au championnat national.

La colère des supporters

Pour les supporters de l’une des équipes les plus populaires de Kinshasa, cette pratique de vente des joueurs par le général Amisi est inadmissible et ne peut profiter à l’évolution du club. Ils l’accusent de se maintenir au sein du club dans le souci de se remplir les poches après la vente des joueurs et non avoir le souci des dauphins noirs.

Pour le moment, certains supporters exigent la démission du président du club pour disent-ils, sauver l’équipe au bord du gouffre.

Lors du match de la 4e journée de phase de groupes de la ligue des champions samedi dernier au stade des martyrs où Vclub a été battu par Espérance de Tunis, les supporters avaient manifesté leur mécontentement en jetant des projectiles, ce qui a permis à l’arbitre d’arrêter momentanément le jeu avant de reprendre par la suite.

Chadrack Mpereng

- Publicité -

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES OFFRES D’EMPLOI

Copyright © 2020 Koonexion
COVID-19 RDC
4836 cas confirmés (15 juin)
X
TRADUIRE