ven. Déc 4th, 2020

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

[RÉCAP] Politique en RDC : en 2019, « l’alternance pacifique et démocratique » a fait débat

L’année 2019 a imposé à la politique de la RDC un détour inhabituel. Bien que contesté par plusieurs franges de l’opposition qui voient la main de l’ex Chef de l’État, Joseph Kabila, dans la gestion du pays, mais sur le plan théorique et conceptuel, « l’alternance pacifique et démocratique » semble bien réelle.

Ce concept, alternance pacifique et démocratique, s’est imposé à partir du 10 janvier 2019, date à laquelle la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a publié les résultats provisoires des élections présidentielles, législatives et provinciales proclamant Félix Tshisekedi, président de la République devant Martin Fayulu de Lamuka et Emmanuel Ramazani Shadary du Front Commun pour le Congo (FCC).

- Publicité -

Pour Félix Tshisekedi, qui s’est exprimé devant la base quelques minutes après avoir été plébiscité par la CENI, « l’alternance pacifique et démocratique est la passation pacifique du pouvoir entre le président sortant et entrant à l’issue des élections« .

Débat autour du concept

a) Le prix à payer

Les mouvements citoyens et l’opposition, notamment Martin Fayulu et sa crème estiment que l’alternance pacifique et démocratique n’est pas un cadeau de Joseph Kabila, mais un droit du peuple congolais.

Dans son discours dit « à la nation », Martin Fayulu a rappelé que l’alternance qu’il y a eu a été acquise au prix du sang de plusieurs compatriotes qui ont milité contre le fameux glissement de Joseph Kabila à la tête du pays et le troisième mandat.

b) Une alternance contestée

Martin Fayulu et sa crème contestent par ailleurs l’alternance à la tête du pays. Pour eux, Joseph Kabila continue à diriger ce pays, tout en traitant Félix Tshisekedi de « Marionnette ». Une casquette que Félix Tshisekedi a rejetée au cours d’une interview accordée à la presse internationale.

Parmi les arguments brandis par Martin Fayulu, l’on énumère le cortège de Kabila et le blocage de mise en exécution des ordonnances de Félix Tshisekedi portant nomination des mandataires à la SNCC.

Pendant ce temps, le 24 janvier de chaque année sera désormais considéré comme le jour de l’alternance en RDC. Cette annonce a été faite par le Chef de l’État, Félix Tshisekedi lors de son discours devant le Parlement réuni en congrès en fin décembre 2019.

- Publicité -
Copyright © 2020 Koonexion
COVID-19 RDC
4836 cas confirmés (15 juin)
X
TRADUIRE