mar. Nov 24th, 2020

KOONEXION.NET

Premier carrefour de l’information

[RÉCAP] Opération Kin Bopeto : retour sur cette campagne budgétivore de salubrité lancée en 2019

L’une des mesures ayant marqué la prise des fonctions de l’actuel gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila, est sans nul doute le lancement d’une vaste campagne d’assainissement, dénommée « opération Kin Bopeto », laquelle le gouvernement provincial devra supporter à la hauteur de 363 millions de dollars chaque année.

L’une des mesures ayant marqué la prise des fonctions de l’actuel gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila, est sans nul doute le lancement d’une vaste campagne d’assainissement, dénommée « opération Kin Bopeto », laquelle le gouvernement provincial devra supporter à la hauteur de 363 millions de dollars chaque année.

Lancée le 19 octobre 2019, cette opération se présentait, à en croire l’autorité de la ville, comme un remède quant à la politique d’évacuation des immondices dans la ville, en passant par le changement des mentalités des Kinois sur la gestion des déchets.

- Publicité -

« Kin Bopeto doit commencer par la mentalité, les Kinois doivent savoir que nous avons débuté le changement de mentalité », affirmait Gentiny Ngobila lors de la cérémonie du lancement.

Une opération qui a raté son décollage

En effet, lors du lancement de cette campagne, l’autorité urbaine annonçait plusieurs actions notamment la mobilisation de quelque 400 camions pour procéder au ramassage des ordures dans toute la ville ; l’instauration d’un Salongo obligatoire chaque dernier samedi du mois. Et pour encourager la population à s’en approprier, l’autorité urbaine avait également annoncé l’instauration d’un système de prime, chaque mois, pour les quartiers qui seront distingués par la propreté. Mais sur terrain, rien de tout ça n’est palpable.

Trois mois après le lancement de Kin Bopeto, l’opinion s’interroge encore sur l’impact réel de cette campagne de salubrité. Les Kinois, changent-ils leurs mentalités ? Les déchets, sont-ils bien gérés ? Les rues, sont-elles assainies ? Tant de questions qui peinent à trouver des réponses.

Selon un Kinois interrogé à ce sujet, le bilan de ce programme est à présent largement négatif et soutient que le programme ressemble plus à l’opération de marketing politique qu’à l’expression d’une réelle politique de changement.

« Je pense aujourd’hui que Kin Bopeto ressemble plus à une opération de marketing politique qu’à l’expression d’une réelle politique de changement. Le bilan est jugé très négatif. Les rues sont toujours comme avant. Il y a des ordures partout. Donc, rien n’a changé. Les équipes qui étaient chargées de nettoyer la ville ont disparu. Ce qui prouve à suffisance que le concept Kin Bopeto a été une copie de ce que l’on vivait déjà et non une innovation. En 2005, l’ex gouverneur Jacques Kingunda nous amenait l’opération Kin-propre, mais qu’en est-il resté de cette propreté », s’est interrogé Bienvenu Onya.

Aujourd’hui les cas les plus éloquents de l’insalubrité dans la ville restent notamment les rivières des plastiques, qui sont visibles à la 1re rue Limeté/Funa et sur la rivière Kalamu vers l’avenue Bongolo, pour ne citer que celles-là. Sans oublier l’abandon des décharges de l’avenue Saio dans la commune de Kasa-Vubu, celui du croisement des avenues Victoire et Université, etc.

- Publicité -
Copyright © 2020 Koonexion
COVID-19 RDC
4836 cas confirmés (15 juin)
X
TRADUIRE